Orient vs Occident ? Quid de l’Ukraine ?

© Pierre-Grégoire Wibaux

C’est vite dit en résumé rapide et ne correspond pas à la réalité. Le Monde est plus complexe.

Parmi les institutions internationales qui se sont sans doute toutes manifestées, le Conseil de l’Europe (COE) mérite une attention spécifique. En effet la mission de cette union des 47 Etats européens relève en quelque sorte de la morale (sens philosophique) exprimée par l’instauration de la Démocratie, de la liberté et des Droits de l’Homme par la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg.

Les réactions contre l’invasion de l’Ukraine sont d’autant plus retentissantes que la Fédération de Russie est un membre depuis le 28 février 1996, il y a donc 26 ans. Ci-dessous les communiqués du Comité des ministres (un par Etat membre), concis et fermes.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE du COE

Situation en Ukraine : décisions du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe Strasbourg, 24.02.2022 –

Dans une décision adoptée aujourd’hui, à l’issue d’une réunion extraordinaire qui a réuni les représentants des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe, le Comité des Ministres: condamne avec la plus grande fermeté l’agression armée contre l’Ukraine par la Fédération de Russie en violation avec le droit international ;

– décide d’examiner sans tarder, et en coordination étroite avec l’Assemblée parlementaire et la Secrétaire Générale, les mesures qu’il convient de prendre en réponse à la grave violation par la Fédération de Russe de ses obligations statutaires comme État membre du Conseil de l’Europe ;
– invite instamment la Fédération de Russie à cesser immédiatement et sans condition ses opérations militaires en Ukraine ;
– condamne la reconnaissance par la Fédération de Russie des oblasts ukrainiens de Donetsk et Louhansk en tant qu’entités indépendantes ;
– réitère son engagement indéfectible en faveur de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières internationalement reconnues ;
– exprime son soutien à l’Ukraine et sa solidarité avec sa population.

Le Comité des Ministres a également décidé de tenir une autre réunion extraordinaire le 25 février 2022 en vue d’envisager de prendre des mesures, y compris en vertu de l’article 8 du Statut du Conseil de l’Europe (*). ——-

(*) Article 8 : Tout membre du Conseil de l’Europe qui enfreint gravement les dispositions de l’article 3 peut être suspendu de son droit de représentation et invité par le Comité des Ministres à se retirer dans les conditions prévues à l’article 7. S’il n’est pas tenu compte de cette invitation, le Comité peut décider que le membre dont il s’agit a cessé d’appartenir au Conseil à compter d’une date que le Comité fixe lui-même.

Et on confirme au COE

L’APCE tiendra une session plénière extraordinaire pour discuter de l’attaque armée de la Russie contre l’Ukraine
Strasbourg, 25.02.2022 – Suite à la décision de suspendre les droits de représentation de la Fédération de Russie au Conseil de l’Europe, l’Assemblée parlementaire tiendra une session plénière extraordinaire en mode hybride les 14 et 15 mars 2022 pour discuter de l’attaque armée de la Russie contre l’Ukraine et de la réponse du Conseil de l’Europe. Une réunion de la Commission permanente de l’Assemblée, qui devait avoir lieu le 11 mars 2022 à Berlin, est reportée à une date ultérieure. La décision de suspendre la Russie a été prise aujourd’hui par le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe à la suite d’un échange de vues avec des membres de l’Assemblée lors d’une réunion du Comité mixte convoquée par le Président de l’APCE, Tiny Kox. Le Comité mixte réunit à la fois des représentants gouvernementaux et des parlementaires du Conseil de l’Europe. 

C’est clair cette fois la Russie est exclue temporairement, sine die, du Conseil de l’Europe.

Ouf ! pour certains ; dommage ou regrets pour d’autres.

Depuis l’invasion de la Crimée, il y 8 ans (février/mars 2014) qui avait été évidemment condamnée par les « autorités » de l’Institution et par l’Assemblée Parlementaire constituée par des parlementaires nationaux des pays membres, les Russes sont devenus les « bêtes noires » éliminées temporairement par leurs « collègues ». Les relations se sont peu à peu améliorées jusqu’à une vie commune apaisée mais tendue. Au cours de la dernière session de l’Assemblée, dans un Palais de l’Europe assiégé par la Covid (presse exclue, moins de la moitié des parlementaires présents) les Russes ont encore été « indisciplinés » dans des rituels administratifs et invités à faire une enquête sur l’empoisonnement de l’opposant Navalny. Des affaires ordinaires somme toute, mais aujourd’hui c’est tout autre chose, une véritable tragédie avec cette incroyable invasion d’un Etat européen souverain historiquement très proche de la Russie.

Sur le plan européen, les populations et surtout les dirigeants prendront enfin conscience que la construction européenne est indispensable pour une puissance européenne. Elle aurait pu dissuader Poutine d’avoir recours à des gesticulations d’abord, avec des intentions sournoises qui ont conduit à provoquer cette guerre totalement injustifiée impérialiste, inattendue et cruelle.

Alors s’agit-il d’une aversion inguérissable de l’ l’Orient pour l’Occident et réciproquement ? Sûrement pas. On le voit dans l’aspiration, sur toute notre planète et bien sûr plus ardemment en Europe, aux idéaux, aux valeurs que prône le Conseil de l’Europe. C’est une Institution exemplaire à « copier ».

Ndlr – Si vous lisez sur ce site le grand document pour réflexion de Henri Mathian que nous avons publié bien avant cette crise qui a mal tourné, vous comprendrez que planaient déjà une menace grave et l’invitation impérieuse à  » l’Europe Puissance« .

Antoine Spohr

Catégories :Non classé

Tagué:

1 réponse »

  1. Merci, Antoine, de ce retour sur l’enchaînement des événements qui s’enchaînent depuis quelques jours, mais qui n’enchaînent pas l’Ukraine, ni la force active de perspective inscrite dans la vocation et l’appellation même de l’Europe…

Laisser un commentaire