Eurolatio

Europe et Culture : les villes témoignent de la beauté dans la diversité

Comme-ci ou comme- çà?

« Si c’était à refaire, je commencerais par la culture »

par Antoine Spohr

Ces propos prêtés, sans vérification sérieuse possible, à Jean Monnet, un des pères de l’Europe « économique » surtout, sont souvent invoqués par les tenants d’une idée d’Europe « ressentie ». Cette idée, ils osent simplement la formuler pour une prise de conscience d’un fonds commun culturel partagé, sans doute plus porteur et plus fécond que ce qu’inspire la seule vision géopolitique et économique. C’est un vaste programme vers une entité bien plus achevée que celle que nous vivons ou même que nous osons timidement projeter.

Alors, à qui de jouer et comment ?

L’élection tous les ans depuis 1983 de deux capitales européennes de la Culture

Le recours à la base… Démocratique, territoriale, primaire si on ose : les citoyens des Villes d’un ensemble disparate dont les points communs sont à ce point criants qu’on ne les entend pas, ni ne les voit tant ils sont évidents. Mais les spécificités, l’originalité sont bien plus aisées à dénicher, car il s’agit bien d’une mise en scène à laquelle doivent se livrer les villes sélectionnées.

Une démarche bien orchestrée

Faire acte de candidature qui sera examinée par une commission indépendante d’experts est évidemment l’indispensable préface. Deux ans après, le verdict de la sélection par la commission et l’accord du Conseil tombent et les élues se mettent à élaborer un programme en lançant des appels à projets chez eux. Deux ans après, les villes choisies sont proclamées capitale Culturelle avec l’année en suffixe. Maîtres du jeu : la Commission de l’UE et le Conseil Européen au sommet.

ON TROUVERA TOUTES LES INFORMATIONS SUR LE SITE DE WIKIPEDIA.

Voici ce que nous invitons à retenir pour ne pas laisser passer les détails vraiment éloquents.

L’idée merveilleuse, simple et efficace, nous la devons à une très grande dame des arts, Madame Melina Mercouri, en 1983 ministre grecque de la Culture, fortement appuyée par son homologue français Jack Lang. Rien d’étonnant dès lors qu’Athènes soit désignée comme première Ville européenne de la Culture, titre qui devint celui en usage aujourd’hui, de Capitale Européenne de la Culture (CEC).

Melina Mercouri, musique, chanson, théâtre, cinéma. Une grande dame des Arts qui devient ministre grecque de la Culture

Ci-dessous un tableau complet des élues passées, présentes et à venir.

Avez vous trouvé Esch-sur-Alzette ? Et Kaunas? Ce sont les deux villes élues pour 2022. Alors on peut chercher à les situer sur la carte ci-dessous.
On remarquera que, bien que puissance organisatrice l’UE, avec la Commission et le Conseil Européen, déborde du cadre des 27 et jadis 28 puisqu’on y trouve Istanbul en 2010. Les temps changent dans la Turquie de Erdogan.

Esch-sur Alzette deuxième ville du Grand-duché du Luxembourg, adopte 9 communes de France

La ville de 36 000 habitants est chef-lieu d’un canton de 183 000 habitants auxquels il faut ajouter ceux des 9 communes françaises du Grand-Est, qu’elle associe à son projet REMIX.

« Remixer » ? Rien d’étonnant au recours à ce terme plutôt anglicisé mais d’acception facile dans un espace polyglotte comme dans cette région européenne de l’ancien triangle Saarlorlux , i.e le triangle lourd , celui constitué comme une eurorégion composée en Allemagne des Länder de la Sarre et de Rhénanie Palatinat, in situ évidemment du Grand-Duché de Luxembourg, en France de la région Lorraine avec les départements Moselle, Meurthe-et-Moselle et de la Meuse et en Belgique, la région wallonne, communauté française et communauté germanophone comprises.

Triangle lourd de charbon , source d’énergie reine de la révolution industrielle, de la « minette » minerai de fer et la résultante de leur conjonction, la sidérurgie. Cette image d’une prospérité passée a laissé la place à la désolation de paysages industriels de friches baignant dans la nostalgie d’une belle époque révolue. C’est pourquoi l’ambition du projet Esch-sur-Alzette 2022 est de « remixer », comme on le fait avec des produits des arts, par exemple pour des films anciens ou œuvres littéraires, pour les rendre attractifs à nouveau en mettant habilement à profit les vestiges du passé. On veut clairement « réactualiser » ou « revisiter » les lieux et la vie des habitants pour répondre aux exigences d’une nouvelle époque et la rendre aussi prospère que celle qui a laissé des traces encore présentes, obsolètes certes, dans les lieux et dans la mémoire des gens .Remix en anglais pour ne froisser aune composante, soit une modernisation ou une adaptation à une époque post-industrielle, à un secteur d’économie tertiaire voire quaternaire pour certains, selon la transition économique telle qu’elle est encore enseignée,

Alors qu’est-ce qu’on fait?

Ecoutons Eric Didyn, Art Direktor of the projekt :

« Sur les près de 600 projets soumis dans le cadre du grand appel à projets d’Esch2022, quelque 140 projets ont été définitivement retenus. Ces projets répondent aux critères clés de la Capitale européenne de la culture, parmi lesquels l’esprit d’innovation, une approche participative, une forte implication des citoyens, une dimension européenne et un impact durable pour la région d’Esch2022. »

Eurolatio, avec une équipe constituée surtout d’étudiants, sera régulièrement informé du suivi des projets et les communiquera dans une rubrique Esch-sur-Alzette CE 2022. A suivre donc et peut-être à suggérer des candidatures pour les années à venir.

AS

Exit mobile version