Cinéma

Le 26° Festival International du Film de Nancy (FIFN) est une fête

Capture d’écran 2020-08-30 à 14.02.32

Une organisation au cordeau dans une ambiance bon enfant

La crise sanitaire n’aura pas eu raison de cette fête du cinéma, initiée à Nancy il y a désormais un quart de siècle. Plus d’une centaine de films ou plutôt d’œuvres cinématographiques y sont présentés, allant du long métrage de fiction ou documentaire au dessin animé pour les petits. La sélection a sans doute été laborieuse, difficile, délicate, dans un puits de 3 000 proposés pour une centaine d’élus.

Depuis l’inauguration hier par une gentille cérémonie qui a permis aux autorités municipales (PS –EELV) récemment élues de féliciter le président-délégué Toni Glamcevski pour ce travail titanesque. Le maire-adjoint à la culture Bertrand Masson a d’emblée déclaré son adhésion et promis les aides nécessaires pour poursuivre cette œuvre prestigieuse qui contribue à la renommée culturelle de Nancy autant que l’Art Nouveau et… la bergamote. Le président a été ravi.

Capture d’écran 2020-08-30 à 13.59.58

Le maire-adjoint à la culture Betrand Masson réjouit le coeur du président Glamcevski (photo Eurolatio)

Un catalogue/programme, remarquablement bien fait, en une soixantaine de pages abondamment illustrées dont voici le lien :

Il faudrait le don d’ubiquité et quelques jours de plus pour tout voir et participer : ici abondance ne nuit pas mais oblige à des choix cornéliens.

Les lieux de projection sont regroupés dans un ensemble culturel « architecturellement » hybride mais fonctionnel, distribués autour de deux places  intérieures dont celle dite « Sous les étoiles » et une autre adjacente consacrée à la restauration et à des concerts. On aura compris qu’il s’agit là des séances en plein air. Mais il faut bien entendu ajouter des lieux dédiés au spectacle comme le Conservatoire de Musique, le Théâtre de la Manufacture, le Goethe Institut et l’IECA (I’Institut du cinéma et de l’audiovisuel), le cinéma Caméo à quelques minutes. Aucun de ces éléments du dispositif n’est dédié à une catégorie plutôt qu’à une autre. De toute façon, on sait que la météo impose des aménagements.

Une vocation internationale et interrégionale

Dans sa contribution à la présentation du  festival le président de la Région Grand Est, Jean Rottner, affirme que : « avec les nouveaux projets INTERREG CinEuro menés le long de nos frontières en partenariat avec la Suisse, l’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique, le FIF de Nancy devient dès cette année le décor d’une coopération inédite. »

Le maire Mathieu Klein acquiesce ibidem en déclarant que « le FIFN a un grand avenir devant lui et nous allons le faire grandir ». Tout va bien monsieur Glamcevski, continuez de plus belle.

Alors faites tous vos choix.

Longs métrages précédés par un court documentaire (9) :

  • Films courts de 5 à 26 minutes, fiction et documentaires (29 regroupés pour une durée de une 1h30)
  • Sélection labo expérimental (16 en 1h37)
  • Grande Région (France Luxembourg Belgique 5)
  • Sélection ZIZZZ grand public (insolite 6 en 1h41)
  • Documentaires longs (reportages 12)
  • Séances spéciales (Allemagne 4, Japon 3, Amérique Latine 7)
  • Séances découvertes (de 3 ans à… indéterminé 6)

Nous connaissons ce beau festival depuis des années. Nous savons que l’esprit qui y préside est celui de « l’ouverture au monde en mettant en avant les droits humains » comme le dit Toni Glamcevski. On espère qu’avec ces déclarations de bon augure des autorités locales il pourra rayonner de plus en plus loin.

Un regret amer cependant pour tous ceux qui l’ont vu, présenté à Nancy au Festival, en présence du réalisateur, il y a deux ans. ZER, le film du génial Kurde, Karim Öz, est boudé par les TV et les distributeurs alors que c’est une perle rare qui recoupe tous les aspects du destin d’un jeune américain, fils d’immigrés kurdes, qui vit à New York avec sa famille. Il sait qu’il va perdre sa grand mère qu’il adore. Elle lui chante une chanson d’amour dans sa langue maternelle, l’héroïne s’appelle ZER. Il va en faire l’objet de sa quête et tenter de connaître ses racines. Encore Erdogan ? On y voit seulement des passages de véhicules militaires en Kurdistan turc.

Magnifique en tout cas ! Merci au FIFN.

                                                Antoine Spohr

Laisser un commentaire