Allemagne

La solidarité franco-allemande 
plus forte que les barrières

par Alice Ferber

DSCF1757

Une semaine après leur première mobilisation, les citoyens français et allemands se sont à nouveau réunis de part et d’autre du Rhin ce samedi 16 mai. Un rendez-vous amené à se pérenniser. 

 

L’assouplissement relatif des contrôles frontaliers

Samedi 16 mai, 11h55, Pont de l’Europe. Premier constat : la barrière côté français n’a pas bougé. La traversée des cyclistes et des piétons semble pourtant facilitée. Le trafic frontalier reste limité mais des mesures plus souples ont été introduites par les autorités allemandes, relayées par l’Eurodistrict. La visite d’un proche, les soins médicaux et les obligations scolaires et administratives constituent des motifs de passage pris en compte. Les trois stations du tramway D situées à Kehl devraient rouvrir prochainement, avec un contrôle systématique effectué à l’arrêt gare de Kehl.

IMG_8314

La barrière est toujours là mais les cyclistes et piétons peuvent traverser le pont avec un motif valable

 

Premier rassemblement déconfiné

Cette seconde mobilisation s’est tenue grâce à l’initiative de Florence Lecomte, présidente de l’association franco-allemande Garten Jardin. Chaque mois, les membres français et allemands se retrouvent sur la passerelle du jardin des Deux Rives pour le typique « café-Kuchen. » Dans son communiqué bilingue « ouvrez la frontière – weg mit der Grenze »  elle écrit que « le déconfinement n’est pas satisfaisant tant que nous n’avons pas l’entière liberté de circuler, en particulier de traverser les frontières et se promener dans les parcs. » L’appel de Jacques Schmitt et Peter Cleiss a trouvé hier un nouvel écho. Avec ses jumelles, Florence Lecomte repère les drapeaux européens que les voisins allemands agitent de l’autre côté de la rive. Avant le 15 juin, aucune autre interaction ne sera possible. 

IMG_8321

Les participants conversent sous un soleil généreux

Patrice Paul y rejoint ses amis français de l’association Garten Jardin. Samedi dernier, cet habitant du quartier de la Meinau n’a pas voulu enfreindre la restriction de sortie d’un kilomètre autour de son domicile. Sitôt cette limitation levée, il n’a pas hésité à enfourcher son vélo pour parcourir les six kilomètres qui le séparent du Pont du Rhin. « Je souhaite ardemment que les échanges franco-allemands se remettent en marche » explique cet habitué de la randonnée en Forêt-Noire. Depuis deux mois, Patrice Paul n’a pas profité de l’Europass, un forfait de 24 heures qui offre des voyages illimités dans tout l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. Encore un avantage dont les citoyens français et allemands sont privés depuis le 16 mars. « Dès que la frontière me le permettra, j’irai passer une journée en Allemagne » nous confie-t-il avec un sourire. 

 

Des élus locaux en renfort 

Jeanne Barseghian et plusieurs de ses colistiers issus de la démarche Strasbourg écologiste & citoyenne sont venus apporter leur soutien. Arrivée en tête lors du premier tour des élections municipales du 15 mars, la candidate à la mairie de Strasbourg partage son « indignation de voir la frontière fermée. » Jeanne Barseghian déplore le « manque de coordination » dont les deux États ont fait preuve. « Les instances locales n’ont pas eu leur mot à dire. Elles ont été mises devant le fait accompli » regrette-t-elle. 

Nous devons rester vigilants et continuer à interpeller les États pour qu’ils prennent
en compte les réalités locales. 
Jeanne Barseghian

Le Dr Alexandre Feltz, adjoint au maire de Strasbourg en charge de la Santé, rappelle que « la frontière est restée ouverte au niveau aérien » lorsque l’Allemagne a accueilli fin mars quelque 130 patients français atteints du Covid-19, transportés par hélicoptère. Pour lui, cet acte de coopération sanitaire entre les deux pays a largement soulagé les hôpitaux du Grand Est à un moment charnière de l’épidémie.

IMG_8320

Des militants de Strasbourg écologiste & citoyenne ont fait le déplacement, dont Jeanne Barseghian, Alexandre Feltz et Alain Jund

Jacques Schmitt et Peter Cleiss entendent pérenniser cet élan de solidarité. Les participants français et allemands se sont donné rendez-vous le 30 mai. Puis le 14 juin, ils célèbreront le 35e anniversaire de la signature de l’Accord de Schengen, pierre angulaire de la libre circulation des personnes en Europe.

 

1 réponse »

Laisser un commentaire