Démocratie

8 mai : entre mémoire et crainte du lendemain

par Alice Ferber

PastedGraphic-1

Le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie capitule. La Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe. Trois quarts de siècle plus tard, l’émotion reste vive et la journée de commémoration du 8 mai entretient ce souvenir. Cette année, elle se tiendra dans des circonstances exceptionnelles à cause du Covid-19 qui nécessite mille et une précautions peu festives. 

 

Rappel historique : le tournant du 8 mai 1945

Le Troisième Reich est contraint à la capitulation sans condition le 7 mai 1945 à Reims. L’armée allemande dépose les armes et se rend aux puissances alliées. L’acte définitif est signé à Berlin dans la nuit du 8 au 9 mai. Bien que l’ennemi nazi soit neutralisé sur le front Occidental, la guerre se prolonge dans le Pacifique. Il faut attendre quatre mois supplémentaires pour que le conflit s’achève. Le 2 septembre 1945, le Japon capitule à son tour face aux États-Unis.

Le 8 mai 1945 met un terme à six années de combats d’une violence terrible en Europe. Avec 60 millions de morts dont près de 600 000 Français civils comme militaires, la Seconde Guerre mondiale devient le conflit le plus meurtrier de l’Histoire. Les pertes humaines et matérielles sont immenses, le continent européen est en ruine. Alors que chaque pays entame sa reconstruction, le projet européen voit le jour sous l’égide de six États : la France de Schuman et de Monnet, réconciliée avec la République Fédérale Allemande (RFA de Konrad Adenauer) rejoints par l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

 

La commémoration, un devoir de mémoire

Date symbolique, le 8 mai devient jour férié en 1953. Depuis, chaque année, le Président de la République dépose une gerbe devant la statue du général de Gaulle place Clemenceau à Paris et ravive la flamme du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

Deux autres évènements historiques marquent le 8 mai en France. En 1429, l’armée royale menée par Jeanne d’Arc libère la ville d’Orléans, assiégée par les Anglais. Le 8 mai 1945 rappelle aussi la répression sanglante par les soldats français des manifestations anti-colonialistes en Algérie. Les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata dénombrent entre 3 000 et 30 000 morts.

Des rassemblements similaires s’organisent à plus petite échelle sur l’ensemble du territoire. Pourtant, ce 8 mai 2020 ne ressemblera en rien aux précédents. La lutte contre l’épidémie de coronavirus empêche la tenue des cérémonies traditionnelles.

 

Adapter les cérémonies aux règles sanitaires

Le 20 avril dernier, la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées Geneviève Darrieussecq a précisé dans un communiqué les directives pour ce 8 mai 2020. La cérémonie nationale présidée par Emmanuel Macron à Paris « ne sera pas ouverte au public mais sera retransmise en direct à la télévision. » Les citoyens français pourront donc y assister depuis leur fauteuil. Ils sont même invités à « pavoiser leur balcon aux couleurs nationales » pour participer à la commémoration.

Pour les communes, les départements et les territoires d’outre-mer, il sera possible d’organiser « en format très restreint et en respectant strictement les mesures de distanciation, un dépôt de gerbe au monument aux morts. » Compte tenu de la situation exceptionnelle, certaines municipalités ont fait le choix d’annuler leurs cérémonies. C’est le cas de la ville de Margny-Lès-Compiègne (Oise).

La préfecture du Bas-Rhin précise que la cérémonie se déroulera « en présence de Roland Ries, maire de Strasbourg et du Général Marc Ollier, gouverneur militaire de Strasbourg » mais sans public. En souvenir du serment de Koufra, la flèche de la cathédrale de Strasbourg arborera le drapeau français.

 

Capture d’écran 2020-05-07 à 22.18.20

En mars 1941, les troupes du colonel Leclerc sortent victorieuses de la bataille de Koufra en Libye. Le 23 novembre 1944, ils honorent leur serment (photo) en libérant la ville de Strasbourg.

 

Par ailleurs, dans un communiqué paru le 1er mai, l’ASAF (Association de Soutien à l’Armée Française) appelle le gouvernement à autoriser « la présence de jeunes porte-drapeaux et d’anciens en bonne santé. » L’association estime cette présence nécessaire à « la reconnaissance et la transmission du souvenir de la Victoire et des sacrifices consentis. » L’ASAF souligne l’importance de « programmes évoquant la Seconde Guerre mondiale » diffusés par les chaînes de télévision et de radio. La cérémonie nationale du 8 mai sera retransmise à 10 heures sur France 2.

 

Le souvenir de la guerre chez nos voisins européens

En Russie et dans la plupart des pays d’Europe de l’Est, la fin de la Grande Guerre patriotique se célèbre le 9 mai lors du « Jour de la Victoire. » Emmanuel Macron devait assister au défilé prévu à Moscou, qui n’aura pas lieu à cause de la pandémie. Le 8 mai à 21 heures, la reine Elizabeth II s’adressera au peuple britannique sur la BBC, 75 ans après le discours de son père George VI. Outre-Rhin, le 8 mai n’est pas célébré officiellement, même si de très nombreux citoyens allemands se recueillent.

Ce 8 mai 2020, les peuples d’Europe et d’ailleurs devront vaincre un autre ennemi : le Covid-19. 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire