EU-26 mai

Parlons- en , soutenons et aimons la!

Par Emma Brach  ( 1)et en réponse , Han-Ul Cheng (2)

Mais de quelle Europe parlez-vous ? 

Définir l’Europe : un exercice assez périlleux, mais lançons-nous dans un raccourci sommaire :

capture d_écran 2019-01-25 à 15.48.47

Vous avez dit Europe ?

Cette Europe dont on ne cesse d’entendre parler surtout en ce moment dans les médias, des discours politiques, les réseaux sociaux, des cours d’Histoire-Géographie, des agences de voyages qui nous propose de la parcourir… : elle est partout et nous la foulons !

Mais quand on parle d’ Europe, de quoi parle-t-on réellement ? Que constitue l’Europe ? Et qui constitue le peuple européen ?

Ces interrogations recoupent des domaines d’étude très différents. Et c’est bien là que les subtilités quant à la notion d’Europe apparaissent. Avec mes camarades étudiants engagés dans l’ambition de la présenter dans eurolatio nous nous partageons la tâche, chacun à sa manière.

 D’un point de vue géopolitique, la Russie est-elle en Europe ? Et la Turquie ?

 

En fait une des premières questions que l’on peut se poser est celle des frontières que l’on donne à l’Europe.

En premier lieu, on peut définir l’Europe comme un continent, ce qui satisfera les adeptes d’une approche plutôt géographique. Il n’empêche que l’Europe n’est pas réellement séparée de sa voisine l’Asie par une frontière naturelle, qui permettrait de les distinguer clairement. C’est pourquoi on parle aussi du super-continent « l’Eurasie ».

Mais d’où vient ce nom d’Europe ? Si l’on s’en tient à la mythologie grecque, Europe était nom donné à une princesse phénicienne que Zeus désira. Sous la forme d’un taureau, il prit la princesse sur son dos et vint la déposer en Crète. Bien qu’elle ne posera pas les pieds en Grèce, elle donnera son nom au continent, se limitant originellement aux rivages de la Méditerranée. Mais ce n’est là qu’un mythe.

Puis l’Europe constitua principalement le territoire de l’Empire romain. Après la chute de l’Empire, elle se trouva alors constituée de différents Etats souverains. L’Europe n’était donc plus un centre de pouvoir politique, mais se limitait à sa définition géographique, celle d’un continent.

Quelles frontières pour l’Europe ?

Le Général de Gaulle déclara lors d’un discours prononcé à Strasbourg en novembre 1959 que l’Europe s’étendait « de l’Atlantique jusqu’à l’Oural ».

Mais avec l’avènement d’un bon nombre d’organisations internationales, la vision commune de l’Europe s’est encore complexifiée.

En vérité plusieurs Europe(s) s’emboitent les unes dans les autres.

On peut voir une Europe encore plus grande que celle du Général à travers l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération Européenne (OSCE). Celle ci s’étend de Vancouver à Vladivostok point extrême de la Russie à l’Est. Elle comprend non seulement les Etats européens mais aussi d’anciennes républiques soviétiques de l’Asie centrale comme le Kazakstan ou le Turkménistan et même les Etats-Unis, le Canada et puis la Mongolie, 55ème et dernier Etat membre.

On peut aussi voir l’Europe à travers le Conseil de l’Europe, créé le 5 mai 1949, qui se définit en tant qu’organisation politique régionale de coopération inter-gouvernementale. Celle ci comprend à l’heure actuelle 47 Etats membres.

Puis il y a celle dont on parle probablement le plus, l’Europe de l’Union européenne, descendante des Communautés européennes érigées à partir des années 50. L’Union européenne n’est plus aujourd’hui une organisation régionale uniquement économique. Elle a pénétré au fur et à mesure dans le domaine politique. Et elle aspire de nos jours à prospérer en tant qu’acteur incontournable des relations internationales, face à une montée en puissance chinoise et au leadership américain construit au lendemain de la guerre froide.

Ainsi quand on évoque l’Europe dans les médias, lors d’une conférence, ou bien même dans une simple discussion entre amis, lorsqu’on parle d’Europe, il est important de préciser de quelle Europe on parle. Car l’Europe des 27 ou 28 ( Brexit ?) de l’Union Européenne est loin de l’Europe de l’OSCE ou du Conseil de l’Europe .

« C’est de la faute de l’Europe »

C’est parce qu’il existe une véritable diversité dans la dénomination même de l’Europe qu’iI faut se méfier de ces discours mettant en cause « l’Europe ». Tout simplement parce qu’il faut commencer par définir de quelle Europe on parle. Nous le répétons.

Et c’est bien souvent l’Union européenne que l’on cherche à pointer du doigt. Pourtant il est nécessaire de rappeler que celle-ci est fondée sur le principe d’attribution des compétences de la part des Etats fondateurs puis les nouveaux adhérents, c’est à dire les Etats-membres de l’UE qui se sont entendus pour mettre en commun des compétences autrefois réservées strictement à leur Etat. Une Union douanière puis « la zone euro »  sont issus d’une volonté commune des Etats membres, à laquelle ils ont tous accepté de souscrire avec quelques exceptions cependant. Si cela ne leur convenait plus, l’article 50 du Traité sur l’Union Européenne offre une porte de sortie mise à leur disposition (cf le Brexit).

Mais si de nombreux partis populistes européens se disent en défaveur d’une Union Européenne forte, on doute de leur réelle volonté d’enclenchement de cet article. L’exemple que nous donne le Royaume-Uni suite au referendum sur le Brexit dissuadera une bonne partie des dirigeants populistes d’une sortie de l’Union Européenne proposée en période électorale.

Les décisions de l’Union européenne sont prises par des euro-députés des Etats-membres élus au Parlement européen, mais aussi directement par les chefs de l’exécutif et les ministres nationaux compétents dans les affaires européennes. Ainsi, le discours classique qui vient remettre la faute sur l’Union Européenne, voire sur « l’Europe » n’est qu’une technique politique pour se dédouaner de toute conséquence négative d’une décision donnée. C’est en fait remettre la faute sur une cible facile, dans la mesure où l’Union européenne connait une période difficile ces dernières années.

D’autant plus que certains ont tendance à faire croire que l’Union exerce une quelconque influence dans certains domaines où elle est en fait incompétente. Encore une fois, stratégie politique afin de se débarrasser de mauvais résultats dus à des politiques nationales. Cette idée est d’ailleurs clairement exposée par le journaliste français Jean Quatremer qui déclare : « Les Etats tendent à européaniser les échecs nationaux, et à nationaliser les succès européens. »

D’ailleurs dans les autres organisations européennes vues auparavant, comme par exemple le Conseil de l’Europe, les Etats sont totalement titulaires du pouvoir décisionnaire, et s’arrange en général pour n’accepter que des positions communes qui vont de pair avec leur intérêt national propre.

Ainsi rappelez-vous : selon les sujets que l’on aborde on ne parle pas forcément de la même Europe. Mais c’est aussi ce qui fait sa richesse depuis si longtemps.

Cette Europe à laquelle la princesse phénicienne et aimée de Zeus a donné son nom dispose de nombreux visages.

Belle Europe, continue ta quête vers la diversité pour des prochains siècles à venir, car c’est cela qui fait ta force !

Emma Brach

Chargée de Communication à Réveil Citoyen France

 

La déclaration d’Amour de Han-Ull

par Han-Ul Cheng

Capture d_écran 2018-05-14 à 20.07.09

Lettre à Europe : un amour impatient

Capture d_écran 2018-05-14 à 11.45.50

Ma très chère Europe,

Que je vous trouvais belle dans votre ravissante robe bleue et votre couronne d’étoiles ! Vous illuminiez les soirs d’été, à tel point que les dieux n’avaient d’yeux que pour vous, me rendant terriblement jaloux. Mais au-delà de moi, vous avez su adoucir le cœur des hommes, lorsque ces derniers ne connaissaient que la haine et la peur de l’autre, en apportant, en votre sein, après les guerres massacrantes, la paix.

Pendant près de 60 années, nos aïeux vous ont vu grandir. Sous la baguette de l’allemand Ludwig Van Beethoven vous avez même su inspirer une superbe musique. Et puis vous nous avez également appris de nouvelles langues pour que dorénavant nous puissieons disposer de 24 moyens de communications différents. Vous avez découvert plus de 28 nouvelles cultures, et vous avez surtout écrit votre Histoire un peu partout surtout dans la pierre et le verre des lieux qui vous sont conscrés, comme à Strasbourg. Vous avez gagné la notoriété et le respect que vous méritez. Mais peut-être le succès vous est-il un peu monté à la tête ou à celle de vous grands serviteurs.

 

Car aujourd’hui, vous ne semblez plus être aussi séduisante que jadis, si ce n’est naguère, passé lointain et même plus récent. Vous avez perdu de votre allure, de votre allant, ainsi que de votre attractivité ; à tel point que votre amant britannique vous demande le divorce, sans se douter de ses déboires futurs. Mais, mon inquiétude s’est confirmée, lorsque j j’ai constaté que vous étiez vraiment souffrante. En effet, votre cœur et votre corps sont gangrénés par diverses maladies, comme celles portées par des lobbies qui vous font perdre la tête ou le cancer du « Selmayrgate » par exemple qui vous défigure comme une vilaine verrue. Mais la nouvelle commission vous l’enlèvera par les urnes très bientôt.

A vos douleurs s’ajoutent la crise d’adolescence : en effet, vos enfants s’entredéchirent pour adopter ou non des nouveaux camarades de jeu venus de lointaines contrées où votre oncle Arès fait rugir ses pulsions guerrières. On parle de populisme qui vous rend suspecte. D’autant que dans votre bel espace, ces mêmes vilains chenapans ont une approche particulière du jardinage. Résultat : votre jardin où autrefois le sol était si fécond et l’air si doux, est désormais altéré. Quant à vos plantes si rayonnantes, elles pourrissent sans que ni l’Hiver ni le printemps n’aient donné leur aval à ces jeux destructeurs.

Et tout cela, sous les regards moqueurs, mais toutefois attentifs et réjouis de vos sœurs jalouses Amérique et Asie. Lâches, quand d’autres diront opportunistes, elles souhaitent profiter de la zizanie et de votre crise pour corrompre vos propres enfants et les retourner contre vous, en leur proposant plus d’argent de poche et une illusoire et impossible autonomie.

 

C’est pourquoi, pour le 26 mai prochain, j’essaierais de trouver le remède qui guérira votre mal, non pas pour restaurer votre beauté ancienne comme le voudraient vos sœurs américaine, russe ou encore chinoise. Mais pour d’abord tenter de vous soigner de vos maladies et vous permettre ensuite de trouver un second souffle, une nouvelle jeunesse et beauté pour qu’à nouveau vous soyez la Reine du bal planétaire.

Europe, je sais que vous n’êtes pas parfaite, or sachez le, je ne le suis pas non plus mais je souhaite que notre amour partagé soit parfait et salutaire.

Je sais aussi que vous ne pouvez me lire, mais sachez encore que partout où il n’y aura rien sur Vous, je vous écrirai pour déclarer mon amour.

Votre dévoué Han-Ul, le plus européen des Coréens du Sud.

 

NDLR

Ces deux étudiants sont embarqués dans la série d’articles que EUROLATIO propose  pour  apprendre, comprendre et décider. Ici avec Emma la question est  clairement , spontanément avec fraîcheur et utilement posée. Les chapitres proposés sous la rubrique voudraient constituer un apprentissage ou même un réapprentissage simples mais efficaces. Cliquez sur la rubrique EU-26 mai dans chercher….Nous avançons!

En attente  « d’opportunité « dans le décours de notre projet,  des articles de Xavier Gachon.et de Valerian Rabot

 

 

 

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s