Auteur: Sabine Menu .Recension de la biographie de Paul Collowald; éditions Peter Lang.

La lecture de Geneviève Baas.

Capture d’écran 2019-02-06 à 13.38.14

Parce que lui-même ne trouvait pas le temps d’écrire sa biographie, Paul Collowald en a confié le soin à Sabine Menu, docteur en sciences politiques et spécialiste des questions européennes. Elle en a produit un précieux ouvrage, dans une trame qui permet de combiner sans lourdeur, vie personnelle et construction européenne.

Le fond.

La présentation proposée en 4 épisodes – grandir dans une Europe de conflits, puis franchir, ouvrir et dépasser les frontières – permet de bien saisir ce qui a rempli la vie       de Paul Collowald.

Chaque « chapeau » de chapitre est bien choisi et montre cette constance qui semble avoir animé Paul Collowald toute sa vie: être utile, servir.Servir, en projet hélas non réalisé à l’école de Saint-Cyr; servir, comme scout ; servir à 19 ans dans le cadre de la Résistance étudiante pour garder la  fidélité à la France dans une Alsace annexée et se ressourcer dans le havre de paix du Mont Sainte Odile; servir malgré soi, dans l’incorporation de force pour protéger sa famille. C’est ici la partie la plus personnelle du récit, celle où se dessine sa personnalité future.

Servir ensuite, pour dépasser les frontières et construire une Europe pacifiée et unie.

Le temps fort de cet engagement européen est évidemment la « Déclaration Schumann » du 9 mai 1950, dont Paul Collowald a été le témoin, si ce n’est un des acteurs.

Dès lors, et durant toute sa vie professionnelle, malgré quelques rares revers, il n’a cessé de travailler à cette construction européenne, comme journaliste, enseignant, fonctionnaire, à Bruxelles, à Strasbourg, à Luxembourg ou Paris dans la presse, les écoles, les cabinets ou les assemblées.

Capture d’écran 2019-02-06 à 14.52.06

photo de la collection de P. Collowald publiée dans « Pierre Plimlin, Alsacien et Européen »

Mais cette construction ne se fait pas sans heurt et l’approfondissement des institutions, prévu par Schumann tarde à venir. Dès lors, alors que les premières années de la construction se sont faites dans une relative euphorie, malgré les mesures réelles prises, malgré les progrès et les élargissements, l’Europe semble de plus en plus mal comprise.

Ce qui affecte le plus Paul Collowald, c’est sans doute que la communication passe mal auprès des citoyens européens. Or cette communication, c’est en grande partie sa vie : il a été engagé pour la faire fonctionner, notamment comme organisateur du service de presse de la Commission européenne en 1959 ou comme Directeur général de l’information et des relations publiques du Parlement Européen en 1988. Il a agi pour qu’elle passe surtout auprès des jeunes générations et, malgré tout, elle ne donne pas de bons résultats.

Pourquoi? Sans doute parce que les médias nationaux ne font pas toujours leur travail,  sans doute aussi parce qu’ il est si facile de rejeter sur l’Europe les mauvais résultats de telle ou telle mesure nationale, sans doute enfin parce que le monde du XXI°s n’est plus celui de 1950.

Un autre aurait jeté l’éponge, devant ces échecs, mais pas lui: il continue inlassablement  avec son bâton de pèlerin à aller, ici ou là, prêcher la réalité de cette Europe. Aujourd’hui encore, à 95 ans, Paul Collowald continue de croire que l’Europe va se faire, qu’un jour elle sera acceptée par ses concitoyens. Mais l’horizon immédiat est assez sombre car beaucoup de pays européens se replient sur eux-mêmes, voire veulent sortir de l’Europe, à l’image des Britanniques. Les élections européennes du printemps 2019 ne se présentent pas sous les meilleurs auspices, mais, comme il le dit en conclusion, « l’avenir de l’Europe me passionne encore! » Une biographie, c’est aussi le récit d’une vie personnelle et Sabine Menu montre discrètement, que celle-ci a été pleine d’amour conjugal et parental.

La forme

Le style est agréable, précis, sans emphase ou ajout inutile. Les passages, entre récit direct, anecdotes et consultations d’archives, permettent de rendre parfois plus vivant le récit. Chaque événement important est justifié par des annotations ou références, ce qui fait que l’authenticité du récit ne pourra être mise en cause. Mais quel travail pour Madame Menu! C’est un vrai travail d’historien et il sera utile, voire indispensable à tous ceux qui font ou feront des recherches sur l’histoire de la construction européenne.

Capture d’écran 2019-02-06 à 13.16.50

Les photos en milieu du livre sont autant de témoignages d’une vie professionnelle et familiale. A la lecture de cette biographie, on ne peut qu’être impressionné par la carrière de Paul Collowald. On savait qu’il avait fait une « belle » carrière, mais sans imaginer une telle activité, une telle volonté d’arriver à ses fins tant comme journaliste que comme fonctionnaire. Elle montre qu’incontestablement, Paul Collowald a été « le pionnier d’une Europe à unir », comme le dit le titre de l’ouvrage de Sabine Menu.

Geneviève Baas- Janvier 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s