G7: Les images, moyen ultime de communication

Par Eloïse Lehmann stagiaire.

Depuis quelque temps, les relations diplomatiques semblent être de plus en plus difficiles à orchestrer. Prenons l’exemple de la réunion des plus grandes puissances économiques du monde, qui s’est déroulée au Canada à Charlevoix en Juin dernier.

.G8 jusqu’à l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, ce qui lui a valu son exclusion, G7 actuellement et possiblement G6 + 1 dans les années à venir. On ne sait plus trop où donner de la tête, d’autant plus que la communication est désormais primordiale lors de ces évènements.

Les enjeux politico-économiques sont dépassés.

Lors de cet évènement, les décisions n’ont pas de portée exécutive : les discussions et les négociations servent majoritairement à poser un « diagnostic » sur l’état actuel du monde, et trouver ou plutôt afficher une unité. Au départ on y parlait surtout des enjeux économiques et les enjeux politiques y sont désormais largement évoqués. On pourrait l’appeler le petit frère informel du G20, rassemblant des démocraties d’inspiration libérale. On observe cependant que le pouvoir de cette réunion est de moins en moins grand, bien que les problèmes mondiaux concernent de plus en plus de sujets différents. Lors de ce dernier, on y a évoqué le climat, le droit des femmes, l’accord sur le nucléaire iranien, l’ALENA[1], le commerce mondial…

Durant ce sommet les négociations sont allées bon train, prenant du retard, mais permettant de trouver finalement un compromis, l’attitude de Trump en ayant surpris et énervé plus d’un.

Tweeté par D.Trump le 9 juin, alors que durant tout le long du sommet, les autres puissances s’accordaient à ne pas formuler autre chose que des règles collectives au commerce mondial, visant l’opposé du protectionnisme et de la politique de Trump.

Si en apparence une unité contre les États-Unis était mise en avant, ce n’est pas réellement le cas. Le Royaume-Uni se concentre sur le Brexit, l’Allemagne est toujours réticente face aux réformes de l’euro zone voulues par Macron, le Président du Conseil italien participait à son premier sommet international, et Macron oscille entre amitié apparente ,voire sur-jouée et désaccord total avec Trump.

Capture d_écran 2018-06-30 à 12.23.40

Capture d_écran 2018-06-30 à 12.24.56

 D Trump« Je viens de quitter le G7 organisé dans le beau pays qu’est le Canada. De belles réunions et échanges avec les six autres chefs d’États, surtout depuis qu’ils savent que je ne peux pas les laisser appliquer des tarifs élevés et des barrières fortes au commerce des États-Unis. Ils comprennent parfaitement ce que je veux dire. Après plusieurs décennies, un commerce équitable et juste va arriver ! ».

UE et Canada…

Les implications et les conséquences sont importantes. On peut penser que l’UE va tenter, sûrement au côté du Canada, de faire bloc contre les mesures protectionnistes  US. Est-ce le signal d’une guerre commerciale ouverte ? De plus, si désormais même quand un accord est signé, il est finalement rejeté quelques heures plus tard par les personnes mêmes qui l’ont signé, c’est extrêmement problématique. Que valent alors les accords ? Pourquoi négocier et tenter de trouver des compromis ? La remise en question est constante et la confiance est absente, même avec l’appui d’une signature.

Une question de point de vue ?

Capture d_écran 2018-06-30 à 12.25.38

Sarah Sanders, la porte parole de la Maison Blanche, est la première personne à poster une photo du rassemblement (ci-dessus). La postion de Trump transmet une forte impression d’oppostion entre lui et les autres dirigeants présents sur place. Son air désintéressé et sa position assise avec les bras croisés contrastent avec les attitudes des autres personnes présentes, en pleine argumentation. La photo montre Trump au centre des discussions mais  surtout sa détermination pour protéger les intérêts américains. Les points de vue offerts par les différentes équipes des dirigeants présents sont très différents.

 Une cohésion européenne ?

L’équipe de Macron  qui argumente avec poigne avec/contre Trump, illustrant la fermeté dont doit faire preuve le Président Français. Il se doit notamment de faire face aux menaces d’augmentations des taxes sur les métaux tels que l’acier ou l’aluminium. Tous les regards sont alors centrés sur Macron le mettant en avant:le visage de la chancelière allemande est quant à lui masqué, la rendant presque invisible. Il s’agit là peut-être d’un moyen de mettre en avant l’importance française au sein de l’union et de réduire celle de l’Allemagne.

 Capture d_écran 2018-06-30 à 11.58.36

 Capture d_écran 2018-06-30 à 11.45.53

 Giuseppe Conte, le nouvellement nommé président du Conseil Italien, se situe face aux autres dirigeants de l’Union Européenne, en plein travail, lisant un document. Le premier grand rassemblement politique pour le nouveau Chef de l’État est très important car son image internationale doit encore se créer. La photo sur twitter est d’ailleurs accompagnée d’un texte indiquant que Conte travaille pour défendre les intérêts italiens. Conte a d’ailleurs été bien accueilli par ses homologues européens ce qui explique la neutralité de ces photos.

Capture d_écran 2018-06-30 à 11.45.38

Angela Merkel utilise son compte Instagram pour poster sa photo du G7. Elle se présente sure d’elle, en pleine discussion avec Trump, qui semble bouder avec une attitude enfantine. Le président américain est assis, bras croisés, l’air narquois, encerclé par de nombreux chefs d’État et de gouvernement debout. Face à lui, Angela Merkel se détache clairement du groupe grâce à la lumière : un aspect presque pictural ressort de cette photo. La chancelière adopte une posture déterminée, penchée en avant, mains bien appuyées sur la table, prête à en découdre. Mais c’est aussi un côté pédagogue de Merkel qui ressort, elle ne semble pas agressive mais semble vouloir transmettre ses idées. L’attitude de Trump annonce peut-être le fait qu’il sait déjà qu’il ne va pas respecter les accords : il annonce la rupture seulement quelques heures après son départ de Charlevoix.

 

Capture d_écran 2018-06-30 à 11.45.53

Theresa May est la seule à ne pas avoir posté de photo de cette scène. Son retrait politique actuel lié à l’organisation du Brexit explique peut être à la fois sa place discrète sur les autres photos et sur les réseaux sociaux. Elle ne poste que des photos individuelles avec les chef politiques des autres pays, présentant uniquement des gens souriants.

LA NEUTRALITÉ POUR L’EFFICACITÉ ?

 

Capture d_écran 2018-07-01 à 11.09.04

Justin Trudeau présente la seule photo neutre, tous les dirigeants européens sont au travail et tout le monde écoute. Cela montre notamment la neutralité canadienne dans les problèmes commerciaux entre l’Europe et les États-Unis, tentant de garder toutes les chances  pour garder l’ALENA. ou ( NAFTA)

 

Capture d_écran 2018-06-30 à 11.46.09

Shinzo Abe poste, au même moment et sur twitter avec son compte personnel, une photo de lui au centre de l’image, regardant de manière sévère le Président Américain. L’image est accompagnée d’un texte parlant « d’échange d’opinion féroce sur le commerce », indiquant le désaccord du premier ministre japonais avec la politique de Donald Trump. Tweet directement suivi d’un autre indiquant que tous tentaient de résoudre les problèmes en offrant des solutions équitables.

 UNE VICTOIRE DE COMMUNICATION ?

De toutes ces photos, une va se démarquer : la photo de la chancelière allemande. Elle a été rapidement récupérée par les opposants de Trump pour souligner la tension des discussions et l’attitude complexe de Washington lors de ce G7. L’attitude dominatrice de Merkel, qui semble défier les État-Unis, mélangée à l’impression d’une mère grondant un enfant ont suffit à déchainer les réactions des internautes. Reprises, imitations et caricatures de la photo se sont multipliées, lui permettant d’être la chose la plus marquante de ce G7.

Conscient que l’Allemagne avait réussi à conquérir l’opinion publique grâce à cette photo, le conseiller de Donald Trump, John Bolton, a affirmé qu’elle montrait Trump comme le grand argentier du monde, écoutant les demandes des autres pays et se tenant prêt à refuser. Mais cette réaction est passée inaperçue. 

[1] ALENA : Accord de Libre Échange Nord-Américain, réunissant les États-Unis, le Mexique et le Canada.???

Eloïse Lehmann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s