« Un président alsacien à Washington » (suite) Cf notre article  où nous annoncions le compte- rendu du président en question. Voici chose faite ,brillamment.(AS)

Par Cédric Bischetti.

De retour d’une semaine très enrichissante aux États-Unis à Washington DC dans le cadre du Programme sur la Future Gouvernance Globale 2030 organisé par GGPi.net. Encore une très belle chance et expérience à l’international rendue possible grâce à MakersForChange, son équipe et ses partenaires !

Capture d_écran 2018-06-22 à 18.28.16Activités brise-glace lors du premier jour du Programme. Crédits photos @GPPI.net

Ce programme a ses propres particularités et valeurs ajoutées. Il est tourné autour d’un process intitulé « L’intelligence prédictive » (créé par Johannes Gabriel) amenant les participants à designer ensemble les plus grandes tendances sur des sujets clés du futur (au nombre de trois : migration et challenge des réfugiés ; rôle des villes ; ordre global). Au bout du processus, nous présenterons les recommandations établies par les groupes de travail à divers acteurs publics et privés importants afin d’anticiper au mieux l’évolution des plus grands défis de notre monde. La première session commençait par un module facilitant à redéfinir et faire émerger les plus grandes hypothèses de notre avenir commun.

Capture d_écran 2018-06-22 à 18.28.42‘La diversité des profils était, comme d’habitude, la véritable richesse du programme !’

J’ai eu l’opportunité de pouvoir travailler avec une trentaine leaders de 9 nationalités représentant les intérêts de leurs pays et régions (Indonésie, Inde, Chine, Japon, Etats-Unis, Brésil, Allemagne, Afrique du Sud et bien sûr, la France). Tous sont passionné-e-s et engagé-e-s au quotidien pour construire un demain plus positif pour ce monde ! La diversité des profils était, comme d’habitude, la véritable richesse du programme. Tant par la pluralité des profils professionnels des participants que par les nationalités représentées. Chercheurs, académiciens, diplomates, entrepreneurs sociaux, institutionnels, lobbyistes ou encore praticiens de terrain, une chose est certaine, trouver des consensus démocratiques sur des sujets de cette importance n’est pas chose simple ! Personnellement j’en retire de nombreuses réflexions et éléments professionnels sur ma thématique qui me permettront d’aller toujours plus de l’avant !

Capture d_écran 2018-06-22 à 18.30.37Photo de groupe des Participants au Programme. Crédits photo @GPPI.net

J’ai également pu confronter mes points de vues et ma vision du future avec des hautes personnalités telles que l’Ambassadeur français Gérard Araud aux Etats-Unis (ici à droite avec la délégation française), Julie Smith Directrice du Centre pour une Nouvelle Sécurité Américaine, John R. Allen Président du think tank Brookings, Stephen Hammer spécialiste sur l’impact des changements climatiques sur la migration pour la Banque Mondiale et bien d’autres.

Capture d_écran 2018-06-22 à 18.30.16Photo avec l’ambassadeur français auprès des Etats-Unis, Gérard ARAUD, et les ambassadeurs français du Programme, Ambre AYOUM et Max BOUCHET.

Sur la géopolitique internationale (bien heureux de m’être à nouveau rapproché intellectuellement de mes études en Master), j’en mémorise que :

  • Si nous ne réussissons pas à former une Europe unie et forte, nous n’aurons que peu de poids dans les décisions stratégiques mondiales futures. Les experts qui se succédaient parlaient majoritairement de deux blocs Etats-Unis et Chine. Les questions liées à la place de l’Union Européenne étaient rapidement éludées en indiquant que notre vieux continent devait d’abord apprendre à être fort ensemble pour être réellement considéré comme un acteur décisif.
  • Que notre planète est constituée par une multitude de systèmes complexes tous interconnectés les uns aux autres. Que la gouvernance globale est maîtrisée par une poignée de puissances pouvant se bloquer successivement. Par conséquent que le système global doit être profondément modifié de manière progressive.
  • Les grands enjeux globaux redéfiniront de manière certaine les jeux de pouvoirs et les agendas des grandes puissances. On peut citer pour les plus sûrs les changements climatiques, les conflits armés, les montées du populisme, le développement des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle, le renforcement du rôle des villes et collectivités dans le futur ou encore la création d’une véritable société digitale parallèle à celle de notre espace réel.

Les trois groupes de travail, vous l’aurez compris, ne peuvent pas avancer de manière effective sans consultations des autres. Les idées et objectifs des uns venant nourrir la réflexion et les avancées des autres. À titre d’exemple, le défi de la migration (sous toutes ses formes) est un enjeu capital qui viendra nécessairement modifier les prises de décisions politiques dans les douze prochaines années.

‘Seuls rien n’est possible, mais ensemble rien n’est impossible !’

 

Capture d_écran 2018-06-22 à 19.13.57Photo du groupe de travail sur le défi migratoire et des personnes réfugiées. Crédits photo @GPPI.net

Notre groupe de travail a pris la décision de centrer son étude sur la thématique : « Ré-imaginer la gouvernance au sujet de la migration forcée ». Le fruit de cette première étape peut se résumer de manière très succinctes de la manière suivante :

  • Les causes environnementales seront les premières raisons des déplacements forcés des populations dans les années à venir entrainant un nombre croissant de personnes apatrides et de personnes déplacées au sein de leurs propres pays.
  • Les nouvelles technologies joueront de manière certaine un rôle crucial dans les solutions futures proposées concernant ce défi. Même si ces solutions devront être encadrées de manière rigides afin de préserver les personnes de potentiels abus qui renforceraient encore leur vulnérabilité.
  • Les villes et collectivités joueront un rôle déterminant pour tout ce qui concerne l’accueil et les politiques d’intégration. Il va s’en dire qu’il est nécessaire de faire appliquer sans attendre le principe de subsidiarité inscrit dans les textes européens afin de renforcer les moyens des échelons les plus proches des citoyens qui font et vont faire face à de plus en plus de challenges !
  • Le secteur privé a un grand rôle à jouer lui aussi et se doit de répondre présent pour participer à co-construire les solutions de demain sur cette thématique. Cependant, bien que considéré comme partie prenante clé il sera nécessaire de veiller à ce que la privatisation de certains services publiques ne renforce pas les vulnérabilités des personnes qui sont victimes de cette migration forcée.
  • Les trois questions directrices de nos travaux dans les sessions suivantes ont été posées ainsi :
  1. Qui seront les personnes issues de la migration forcée en 2030 et quelles seront les raisons principales de leurs mouvements forcés ?
  2. Quels seront les acteurs principaux, leurs rôles et responsabilités dans la co-construction de cette gouvernance ?
  3. Quelle sera la forme d’une gouvernance globale effective et équitable en 2030 ?

Je n’ai évidemment pas été exhaustif dans cette brève présentation. Les facteurs, problématiques, visions et tendances importantes peuvent être comptées par dizaines. En tout cas cette première session fut enrichissante, inspirante et me donne évidemment toujours plus de motivation à continuer de trouver des solutions concrètes pour prévenir les grands défis de demain tout en partageant les bonnes pratiques qu’avec chance on me transmet.

Capture d_écran 2018-06-22 à 18.30.59Photo de mon intervention autour des questions européennes devant la Directrice du Centre pour une Nouvelle Sécurité Américaine, Julie SMITH. Crédits photo @GPPI.net

Alors merci aux organisateurs, partenaires et facilitateurs pour l’organisation et pour m’avoir donné la chance de participer à un programme d’un an dans lequel il est certain que je sortirai, à nouveau, grandi et avec une meilleure compréhension des enjeux internationaux actuels et futurs !

Prochain départ en Inde à New Delhi en septembre 2018 pour imaginer divers scénarios possible d’ici à 2030.

Cédric Bischetti,

Président et Fondateur de Makers For Change, Prix de l’Initiative Citoyenne Européenne 2017 par le Parlement Européen ; Membre des réseaux Ashoka, MitOst, European Civic Forum et la Fondation Rothschild ; Consultant à Change Consulting,

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s