Et deux, fauchez en deux, l’autre pour en offrir un à un ami. A la librairie Kléber par exemple ou en maints lieux publics.

« Or norme » superbe objet. Pour le contenu, on reverra…on connaissait et çà semble se poursuivre, comme  La signature qui y abonde.

Noël ! Tradition mais où le vilain canard oublié de l’air du temps peut se payer gratuitement un très bel objet.

Après 26 numéros en voici un autre de Noël sans Noël bien qu’il soit difficile de s’apercevoir que ce n’est pas Noël : sapins et vitrines décorés, lumières féériques, musiques diverses et même ici ou là une soupe ou une piécette d’un promeneur-consommateur généreux, compatissant ou gêné…lui qui « peut », comme la plupart .

Foin du misérabilisme !

Pour autant, la compassion et l’aide qu’elle suscite ne doit pas infliger quelque scrupule encore moins un quelconque outrage aux producteurs d’un tel objet de luxe qui renoue un peu avec la tradition des belles revues sur papier glacé d’il y a quelques décennies. Elles étaient chères, très chères…alors. On les gardait.

Ici c’est gratuit. Certains faux-culs suggèrent que « derrière » cette belle œuvre se cachent des intérêts pécuniaires. Et alors ? Non seulement tout cela requiert un investissement en argent avec le choix de retour risqué… mais peut-être  au moins avec la joie du mécène en ultime épargne. On souhaite mieux évidemment. Et en travail ? Combien d’heures?

On dira volontiers « merdre et remerdre » au dénigrement pour peu qu’on applaudisse ceux qui font, qui osent. Et tous ceux qui y contribuent journalistes, photographes, autres , appelés jadis « ouvriers du livre » et poètes ( un très beau poème,en fin de revue).

 

Jean-Luc Fournier avait osé et persévéré.

 Je dois le dire pour ne pas passer pour un thuriféraire patenté et à condition que le nuage d’encens atteigne aussi ceux de l’équipe que je connais comme Véronique Leblanc et même ceux que je ne connais pas…encore. Jean Luc est un ami que je tiens en belle affection, Véro aussi. Le premier, bateleur éclectique et toujours sérieux et fiable, la seconde comme un modèle de grande journaliste tout aussi sérieuse et fiable, avec cette douce modestie de la qualité vraie. J’attends encore pour les autres avant d’agiter en toute modestie l’encensoir avec l’amplitude adaptée qu’on peut déjà percevoir.

En tout cas Strasbourg s’honore encore là ,par une très belle initiative qui perdure donc. Bravo à Jean-Luc Fournier… Bravo à Patrick le nouveau dir/publication.

Merci aussi pour le magnifique portrait de la délicieuse Anka Wessang. Craquante à tous égards.

Eurolatio vous suivra, loyalement en toute modestie.

 

Antoine Spohr.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s