Le cru de cette année -le 22°- aura été sans doute l’un des meilleurs sur le plan de la qualité à défaut de marquer une progression sensible du nombre des exposants.

Certes ce n’est pas la FIAC, encore moins Bâle qui s’adresse à un tout autre public, même pas Karlsruhe plus comparable mais c’est Strasbourg avec un petit parfum particulier, au cœur de l’Europe émanant d’un mélange subtil de « fragrances visuelles » de France, d’Allemagne et de tous nos voisins de toutes nos frontières et de plus loin. Qui peut se dire plus européen ?

On sait même qu’une galerie chinoise aurait voulu participer mais qu’elle n’a pas obtenu son autorisation de sortie. Pour l’an prochain ?

 Bévues évitables

Capture d_écran 2017-11-22 à 12.45.56

Eux ils ont l’oeil. (Photo eurolatio)

Cette exigence de qualité aurait, selon certains galeristes ou observateurs habituels, laissé, à terme, quelque espace libre qui aurait été occupé alors à la hâte par une galerie « domestique », dite «  Mobile », forcément car sans lieu pérenne, à classer dans la catégorie des marchands ambulants, presque dans le style « bonimenteurs ». Si la qualité de sa production était pour le moins discutable, c’est le mode opératoire qui a révolté plus d’un galeriste répondant à tous les critères requis. Même pas grave mais….

Au demeurant cette bévue n’a pas pu gâcher la fête car l’ensemble de l’exposition a été d’un niveau exceptionnel. Dans cette diversité,disons-le européenne, les galeries régionales n’ont pas affecté la classe de cette belle manifestation artistique, au contraire. Pour autant il n’y a pas lieu de considérer ST.ART comme une Foire Régionale comme on peut le lire dans le bilan. ( La gazette de Drouot) Non mais!

Capture d_écran 2017-11-22 à 12.46.55

Un ERRO tout récent.

Autre avantage non négligeable cette année : pas de catalogue traditionnel payant,  un numéro spécial de « Or Norme » en tenant lieu. Si les articles des journalistes y étaient de très bonne tenue ( Véronique Leblanc, Jean-Luc Fournier…) , on pouvait relever quelques couacs dans la présentation illustrée des galeries . Oubli d’artistes ou erreur de noms comme Robin Picasso (un acheteur lui, ne s’y est sûrement pas trompé) ou Jan Miro, pour ne citer que les plus célèbres, et bien d’autres. Ce mystérieux Robin, on le retrouve dans plusieurs galeries qui doivent le chercher.

On sait bien sûr qu’il s’agit là que de regrettables erreurs de manipulations informatiques mais on sait aussi qu’elles ne se reproduiront plus.

Nous avons recensé 18 galeries du Grand Est. Pour chacune d’elles, nous avons interrogé le choix du galeriste pour une présentation, sur un autre article, de l’œuvre préférée. Exercice délicat, souvent cruel dilemme. D’ailleurs notre choix, celui de notre collaboratrice Gervaise Thirion, rejoignait la plupart du temps celui des professionnels, tous très aimables, coopératifs, disponibles.

On disposera donc rapidement d’un catalogue « des régionaux de l’étape 2017 » qui ne sera sans doute pas parfait non plus mais qui aura requis un travail attentif. En annexe ci-dessous le communiqué de bilan des organisateurs. Vous saurez tout même de critiques très laconiques.

Antoine Spohr

 

ANNEXE

Communiqué bilan au 21/11/2017 

88 galeries et institutions dont :

  • 35% de galeries internationales pour 6 pays représentés
  • 20% de galeries qui participent pour la 1ère fois 414 artistes présentés.

____________________

Une fréquentation stable avec plus de 20 000 visiteurs, dont 10% de visitorat étranger.

____________________

De très bonnes ventes rapportées par de nombreuses galeries, dans une fourchettee prix allant de quelques centaines d’euros à 50 000 euros.

____________________

« La ST-ART en route vers l’international » Jürgen Lorey, Badisches Tagesblatt

« Un grand pas en avant : la foire strasbourgeoiseST-ART a relevé le niveau » Tilmann Krieg, Offenburger Tageblatt

« Avec pour invitée d’honneur la Fondation Venet, la foire de Strasbourg se donne une image prestigieuse. » Claude Lorent, La Libre Belgique

« Dans la famille des foires d’art contemporain regionales, la Strasbourgeoise ST-ART fait figure d’exception. Inaugurant cette année sa 22 édition, elle allie des qualités d’endurance a une indéniable faculté d’adaptation » Sylvain Alliod, La Gazette Drouot

« Sous la houlette de sa directrice artistique, la foire européenne d’art contemporain poursuit sa mue pour gagner en qualité » Armelle Malvoisin, Beaux Arts Magazine

« Outre une sélection plus drastique qui signe le retour de marchands renommés comme le belge Guy Pieters, ST-ART souhaite valoriser son emplacement géographique au carrefour de l’Europe en nouant de nouveaux contacts avec les galeries allemandes, belges et suisses. » Aurélie Romanacce, L’Oeil

« Un plateau d’exception » Emmanuel Abela, Novo

« La foire a grandi en qualité au cours des dernières années grâce à la présence, dans le comité scientifique, de critiques d’art et de directeurs d’institutions de haut niveau…..

ST-ART 2017 : « La foire qui monte » (L’Officiel des Galeries & Musées)

  • Une fréquentation de bonne qualité : collectionneurs et amateurs d’art strasbourgeois étaient au rendez-vous. Mais surtout une forte augmentation du visitorat étranger, notamment allemand et suisse. Les exposants viennent à ST-ART pour asseoir leur réputation à Strasbourg, « c’est une belle vitrine » nous confie Christophe Tailleur. La galeriste Luzia Sassen de Cologne, présente pour la deuxième fois, confirme que ST-ART a augmenté sa qualité et fait un bon choix de galeries, elle confie également apprécier le public ici à Strasbourg : « Les gens sont très intéressés et on voit plus de jeunes qu’ailleurs ».
  • Le climat d’affaire a été jugé satisfaisant pour un grand nombre d’exposants : la DTTH Gallery, qui participait pour la 1ère fois, a vendu 6 pièces dans une fourchette de prix allant de 1 500 à 4 800 euros ;     La galerie Christophe Tailleur a réalisé de très belles ventes dans une moyenne de 8 000 euros ; AD Galerie a vendu tous les artistes présentés sur son stand avec des oeuvres vendues jusqu’à 50 000 euros ; pour la Galerie Au delà des apparences qui présentait un solo show de Florence Dussuyer, le bilan est également très positif : une vingtaine de toiles ont été cédées entre 700 et 13 000 euros.
  • Pour la 3ème année consécutive, un invité d’honneur prestigieux était invité à présenter une partie de ses collections. Après la MEP en 2015 et la Fondation Maeght en 2016, c’était au tour de la Venet Foundation qui participait pour la premiere fois, depuis sa création en 2014, à une foire : « Participer à la foire strabourgeoise est l’occasion pour la Venet Foundation de se faire connaître auprès d’un public plus large que celui de ses propres visiteurs. » Dans l’espace qui lui était réservé, la Venet Foundation présentait des oeuvres significatives de sa collection : Donald Judd, Robert Morris, Sol LeWitt, Arman, Cesar, Carl Andre,…
  • Après Michel Nuridsany en 2015, Olivier Kaeppelin en 2016, Henri- François Debailleux, critique d’art invité à donner le coup d’envoi de STARTcette année. Une carte blanche lui sera confiée sur la prochaineédition.
  • Invité en 2016 à poser son regard sur la foire, Olivier Kaeppelin présentaitpour cette 22e édition une carte blanche dédiée à Damien Cabanes :

« Pour moi, Damien est un grand peintre de sa génération. Il est hors des modes, développe en solitaire un travail qui est à la fois un mélange de brutalité et de subtilité » (propos d’Olivier Kaeppelin recueillis par Serge Hartmann, Dernières Nouvelles d’Alsace, 17/11/17). Était exposé sur ST-ART un travail récent encore jamais présenté.

  • Pour la 2ème année, la Ville de Strasbourg s’est engagée aux côtés de la foire en décernant le « Prix Art de la Ville de Strasbourg ». Parmi la dizaine de nominés préselectionnés par la direction artistique de la foire, le jury, composé de Estelle Pietrzyk, conservatrice au Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (MAMCS), et David Cascaro, directeur dela HEAR, Haute École des Arts du Rhin, a distingué Jean-Marc Lacaze, représentée par la Aedaen Gallery pour son oeuvre «Les gilets première classe», des gilets de sauvetage qui rappellent au visiteur le sort tragique des migrants traversant sur des embarcations de fortune la Méditerranée pour rejoindre l’Europe.
  • Parmi l’attention portée par l’équipe de ST-ART, l’ancrage de la foiredans son territoire fait partie d’un axe de développement majeur. Cetancrage s’est confirmé cette année encore avec la présence de plusieurs institutions : la Ville de Strasbourg, la ville de Bâle qui a présenté l’actualité de ses musées et institutions culturelles, la Chambre, Espace d’exposition et de formation à l’image à Strasbourg, la Fondation Fernet-Branca,….

Rendez vous en novembre 2018 pour la 23e édition.

Contacts presse :

Agence Observatoire / http://www.observatoire.fr / Aurélie Cadot / 06 80 61 04 17 / aureliecadot@observatoire.fr

Olympe RP / Johanna Vogel / 06 35 32 88 82 / johanna@olympe-rp.com

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s