Et Jacques, infatigable, continue son périple de missionnaire de l’Europe

PERTH

FÊTE LOCALE DES ASSOCIATIONS

 

Etape 12-PERTH (3)

PERTH, c’est comme une arrivée dans une cité alsacienne moyenne, Molsheim, Munster, Colmar, Sélestat avec l’idée de rencontrer les habitants un jour de fête traditionnelle, ici le 4ème dimanche d’Août : fête des associations pour la solidarité.

 

Vous êtes de fait invité par tout le monde avec curiosité et vous découvrez le monde associatif de toute la ville : du Rotary club établi à l’association de défense des chats en passant par la société de littérature et le club de football… une vraie convivialité.

Tout le monde est à son poste : le pipeband (cornemuses) comme l’harmonie municipale.

Au nom de la ville de Strasbourg, nous donnons une livre (one pound) à chaque association et gagnons une bouteille d’eau à la « LOTTERY », authentique !

 

UNIR L’EUROPE est une curiosité au sens britannique du terme et chaque association souhaite notre participation. Les « frenchies » sont vraiment « uncredible ». Ils viennent nous persuader qu’il faut rester en EUROPE, « braveheart » comme on dit en Ecosse.

Une ambiance de fraternité sans en rajouter en participant à l’élan de solidarité annuelle de la cité.

Voilà le message à transmettre à la population de Perth et nous espérons avoir représenté Strasbourg avec tout son message européen et universel !

EDINBURGH, DU FESTIVAL AU MOUVEMENT EUROPEEN :

POUR LA CAPITALE ECOSSAISE L’EUROPE, C’EST MAINTENANT !

 

Des Ecossais et des gens de tous pays au pied du château des rois et princes d’Ecosse en masse pour le dernier jour du festival culturel qui pendant trois semaines anime en musique, théâtre et littérature. « L’Ecosse n’est plus ennuyeuse et triste comme le disent trop souvent les Anglais », voilà la remarque unanime des Ecossais les moins identitaires et nationaux sans être indépendantistes.

Sur le Grassmarket au cœur de la vieille cité, la parole est libre, le reproche au Royaume Uni facile, Londres paraît bien loin et l’Ecosse vit sa vie. Du coup, ici, nous ne trouverons pas le « résistant loyaliste britannique » habituel, seulement une jeune femme traditionnelle écossaise qui ne souhaite pas s’engager sur le sujet et préfère lire du Robert Burns (poète national, dit le Barde romantique). Donc, nous irons manger de la panse de brebis farcie bien sûr, et boire à sa santé éternelle dans son pub, le plus vieux de la place, « The white hart », le Cerf blanc… nos voisins sont des Dijonnais liés à des Ecossais. Sur la place, j’achète les œuvres de Burns à un bouquiniste. Nous finirons par un bar du festival où nous écouterons du « blues » joué par un jeune américano-orléanais (notre Orléans). Dimanche culturel.

 

Lundi, rendez-vous est pris avec deux personnes importantes pour UNIR L’EUROPE :

– Vanessa GLYNN, présidente du MOUVEMENT EUROPEEN D’ECOSSE, George Street

– Robin THOMSON, mon accompagnateur involontaire en Grèce en 2015 devenu un ami d’itinérance européenne.

 

Je vous ferai part de ces rencontres pour parler du fond et des objectifs à nous fixer avec les associations européennes de Strasbourg, dès notre retour.

Trois jours sans pluie, l’éclaircie écossaise était pour UNIR L’EUROPE, car ce soir il pleut à nouveau sur notre camping-car sur le site de MORTONHALL.

Deux jours de route et de redescente vers l’Angleterre via Newcastle et York nous attendent.

A EDIMBOURG, DEUX RENCONTRES, DEUX NOUVEAUX OBJECTIFS POUR « UNIR L’EUROPE » :

Vanessa GLYNN, présidente « chair » du Mouvement Européen Ecossais, côté officiel à George Street et Robin THOMSON, mon La Boétie écossais, rencontré en Grèce lors du 4ème Itinéraire citoyen européen.

 

Etape 13-EDINBURGH-Vanessa GLYNN présidente du Mouvement européen écossais

Avec VANESSA :

REUSSIR L’ORGANISATION DU 70ème ANNIVERSAIRE DU CONGRES DE LA HAYE, A DEN HAAG OU STRASBOURG !

 

Je suis le premier au rendez-vous dans un salon de thé chic de George Street. Vanessa arrive tout droit sur la table réservée pour le Mouvement Européen Ecossais et nous nous saluons chaleureusement sans nous connaître.

La discussion s’engage directement avant même l’arrivée des théières. Vanessa se consacre entièrement à la cause européenne (jeune retraitée) et elle veut avancer vite et donner au Mouvement européen un nouvel élan.

Elle n’a aucune nouvelle comme nous de cette organisation du 70ème anniversaire du Congrès de LA HAYE et je lui fais part du projet du Maire de Strasbourg mais aussi du fait que je n’ai eu aucune réponse pour mon étape de LA HAYE malgré la lettre de Roland Ries, ni aucun moyen d’établir le contact avec le Mouvement au Pays-Bas.

Notre conviction : fédérer tous les mouvements européens et nouvelles associations, notamment issus de la jeunesse et ici du Brexit. Vanessa m’apprend qu’en fait beaucoup de structures spontanées ont vu le jour pendant la campagne du Brexit, notamment sur Londres avec des jeunes, des employés à « petits boulots ».

Le moment est venu de se regrouper pour constituer une force citoyenne européenne dans l’opinion, voilà notre conviction commune. Tel est l’objectif pour le 70ème anniversaire du Mouvement Européen, issu à l’origine de la fédération de toutes les structures partisanes de la résistance : des chrétiens aux communistes en passant par les centristes fédéralistes et autres cellules dispersées qui n’avaient qu’un but : la fédération de toutes les nations européennes.

Voilà l’enjeu, l’Ecosse et l’Alsace sont à la pointe du combat !

Et Vanessa ajoute : « Si rien ne se fait à La Haye, alors ce sera à Strasbourg de prendre le relais ! »

Etape 13-EDINBURGH-Robin THOMSON (2)

ROBIN, l’outlaw de la forêt d’Hawick :

A L’ASSAUT DES INJUSTICES ET POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME EN EUROPE ET DANS LE MONDE

 

Il toque à la porte du camping-car en tenant son vélo jaune de l’autre main. Mon ami Hubert lui ouvre, il est ému comme si Saint Pierre lui ouvrait le paradis. Nous tombons dans les bras l’un de l’autre. « Depuis la Grèce, depuis septembre 2015… » et nous sommes toujours là à défendre la cause de l’humanisme, référence de notre modèle européen et de nos valeurs de civilisation. Echange convivial autour de notre petite table qui se transforme en lieu de réunion « discret », bières à l’appui des discussions.

Robin est allé à Londres lors de toutes les manifestations anti-Brexit, et elles continuent depuis le vote. Pour promouvoir les droits et se rendre compte sur le terrain des conditions des personnes, il a créé son propre « modèle d’itinérance » à la rencontre de l’humanité : train et vélo (parfois avion et bateau oblige) sont ses moyens de déplacement à travers le monde. C’est ainsi que nous nous sommes accompagnés en Grèce et dans le sud de l’Italie en 2015.

Depuis il a parcouru le sud de la Russie, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Géorgie et l’Arménie… chapeau bas et honneur à ce cycliste du tour du monde des valeurs humaines.

« UNIR L’EUROPE doit communiquer plus » dit-il, « … il te faut plus de moyens et Strasbourg doit porter plus fort son message ».

Je l’invite immédiatement, car il se rend quelquefois à Frankfurt. Il est traducteur de notices techniques et contrats commerciaux d’allemand en anglais. Il gagne un peu plus d’argent depuis le Brexit (« STUPID !!! » « MAD » !!!°) car il est payé en euros et son compte est à la Kommerzbank… voilà une belle démonstration de l’absurdité du Brexit.

Le reste de la soirée est consacré à nos retrouvailles dans le restaurant « Stable » : soupe de poissons fumés (une recette écossaise), notre trio refait l’EUROPE et nos voisins de table intrigués nous rejoignent, ils sont de Stuttgart, et la soirée franco-germano-écossaise se poursuit en trois langues et dans la fraternité citoyenne européenne.

Jacques, l’itinérant européen

Si vous en voulez plus, il faudra m’aider à notre retour car la « besace » EUROPE est bien chargée… un taureau ailé viendra peut-être nous enlever pour la traversée jusqu’à LA HAYE (la muette). Heureux qui comme Jacques…

 

 

 

Un commentaire sur « Perth et Edinburgh: 7°et 8° étapes »

  1. Bravo pour ce nouvel ITINERAIRE qui n’engendre pas la morosité, mais fourmille au contraire de contacts prometteurs !
    Quant au transport de retour avec de massifs matériaux pour la construction européenne, peut-être savez-vous qu’encore plus à l’ouest une dompteuse de taureau québécoise, Rosalie Bilodeau, pourrait y contribuer en enfourchant sa divine monture dans la direction inverse de celle d’Europe il y a 3 000 ans : http://www.journaldemontreal.com/2015/08/21/lart-de-dompter-un-taureau

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s