La couverture médiatique des élections – le cadre légal en Europe – une feuille de route incontournable disponible gratuitement en ligne.  Appel à contribution pour une analyse à publier.

Ce que vous lirez ci-dessous est un travail, une somme et document exceptionnels à conserver et à ranger parmi les Dalloz, Curia ou autres publications juridiques.
Nous devons cette généreuse mise à disposition à l’Observatoire Européen de l’Audiovisuel, émanation du Conseil de l’Europe.

Pour développer et en même temps faire une analyse personnelle du sujet nous invitons des contributeurs à tailler leur plume. Ils pourront être rétribués ( Voir plus bas)

Depuis le premier hebdomadaire au Monde, imprimé (Relation) à Strasbourg par Johan Carolus en 1609 (photo à la Une ) jusqu’aux ondes du « online »  d’aujourd’hui, la politique et partant les élections dans les démocraties ont la part belle dans le contenu.

Relation_Aller_Fuernemmen_und_gedenckwuerdigen_Historien_(1609)

 

– La couverture médiatique des élections : le cadre légal en Europe

 

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un nouveau rapport IRIS Spécial – gratuitement en ligne pour la première fois!

En période d’élections et de référendums, les médias braquent leurs projecteurs sur les candidats, analysant chacun de leurs mots, déplacements et gestes. Dans notre univers numérique connecté 24h/24 et 7j/7, les médias de masse ont pour la première fois de leur histoire le pouvoir de scruter à la loupe, de commenter et d’examiner de près nos futurs leaders. Mais qui s’assure que cette couverture médiatique est équitable, professionnelle et qu’elle respecte les normes minimales d’un journalisme « décent » ? Qui dicte ces règles ? Après les élections françaises et deux mois avant que l’Allemagne ne se rende aux urnes, l’Observatoire européen de l’audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg, vient de publier un nouveau rapport de fond gratuit : « La couverture médiatique des élections : le cadre légal en Europe »Téléchargez-le ici.

Produit en collaboration avec l’Institut du droit de l’information (IViR) d’Amsterdam, ce nouveau rapport présente les principaux aspects du droit européen des médias en période de couverture électorale, avant de s’intéresser plus précisément à certains pays. Un dernier chapitre analyse les tendances ressortant de ces exemples afin de proposer des conclusions pertinentes.

La première section définit le rôle des différents médias (presse, radiodiffusion, en ligne) dans la couverture électorale. Les auteurs examinent également les mécanismes d’autorégulation des grands médias en ligne, étant donné le rôle important qu’ils jouent dans la couverture électorale. La partie européenne de ce chapitre s’intéresse aux textes juridiques du Conseil de l’Europe relatifs à la couverture des élections, ainsi qu’à la Convention européenne des droits de l’homme et à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme en matière de couverture médiatique. Il est également fait référence aux travaux d’autres instances européennes telles que la Plate-forme européenne des instances de régulation et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

La deuxième section présente les profils des grands Etats membres du Conseil de l’Europe tels que la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, la Russie, l’Espagne et le Royaume-Uni. Sans oublier de plus petits pays, comme l’Irlande et les Pays-Bas, qui ont organisé des élections il y a peu et constituent ainsi des exemples récents et pertinents. Pour chaque pays étudié, le chapitre en question analyse la réglementation applicable aux différents types de médias, avant d’explorer les pratiques d’autorégulation et de faire ressortir les tendances propres spécifiques. Chaque chapitre national soulève la question de la réglementation de l’environnement en ligne eu égard aux règles applicables aux médias « traditionnels ».

La troisième et dernière section revient à une vue d’ensemble afin de cerner les stratégies de réglementation générales concernant les médias et explore des questions telles que la publicité politique, l’utilisation (et l’abus ?) des sondages d’opinion et de sortie des urnes, les « fausses nouvelles », la protection de la vie privée et des données des candidats et, lorsque la propagande électorale doit s’arrêter, les « périodes de silence ». Le dernier chapitre rassemble les divers éléments de cette nouvelle publication, pour arriver à la conclusion que l’objectif de toute loi applicable à la couverture des élections doit être, tout simplement, « des élections libres et équitables ».

_______________________________________________________________________________

 

 

A nos lecteurs et particulièrement aux étudiants.

Quelques sous à la clé. Faites savoir.

 

Si vous avez téléchargé le document mis à disposition ci-dessus, en un clic, vous aurez constaté qu’il s’agit d’un véritable fascicule de 150 pages, précieux pour les juristes accomplis et autres mais aussi pour les étudiants, en droit, en sciences politiques, en économie, en management et surtout ceux du CUEJ. Nul n’est bien sûr exclus !

 

Notre journal en ligne vous propose ici de « contribuer » en choisissant un volet qui vous intéresse particulièrement dans la table des matières au début de la publication .

On peut alors après ce choix et sous forme d’article ou de note de synthèse, nous proposer de le publier.

Pour éviter les doublons faites votre proposition assez vite et avant d’approfondir votre travail.

Nous nous tiendrons à votre disposition pour vous aider sur le plan de la technique journalistique ( si nécessaire ou rassurant).

En dehors de l’aspect intéressant pour une reconnaissance de votre travail et de vos aptitudes, vous pourrez être rétribué au niveau moyen de la « pige » de journalistes ou correspondants de presse on line, sous forme juridique de cadeau.

Vous pourrez aussi rejoindre l’équipe des contributeurs réguliers ou occasionnels d’eurolatio.org qui ambitionne de devenir un média réellement collectif, libre et participatif. Notre budget n’est pas très lourd en recettes mais nous comptons bien les augmenter.

L’équipe de «  direction » n’est pas rétribuée selon les statuts (but non lucratif) qui peuvent vous être communiqués.

Le fascicule paraît sur papier en septembre où il sera mis en vente (5 euros) mais nous l’offrirons aux contributeurs éventuels et déclarés.

 

Antoine Spohr, Rédac/Chef

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s