Voici à nouveau un article de nos jeunes « correspondantes-chocolatines ». Toujours la même fraîcheur et le même talent pour un sujet grave, malheureusement d’une actualité  récurrente. G.T (la réd.)

Entre Al-Qaïda et l’Etat Islamique, le terrorisme a lui aussi décidé de surfer sur la vague des réseaux sociaux, une véritable opportunité de communication et de recrutement quasi gratuite et à rayonnement bien plus large qu’un réseau médiatique classique. Mais l’EI se distingue de son concurrent par sa stratégie social média pensée, ciblée, et l’usage des réseaux Twitter et Facebook quasi irréprochable stratégiquement.

Une influence différente entre EI et Al Qaida

L’Etat Islamique est plus influent qu’Al Qaida entre autes sur Twitter grâce à un usage pensé des hashtags et le choix de l’anglais, pour atteindre une audience plus large. Le choix des meilleurs moments pour poster permet à l’organisation terroriste d’être bien plus influente que le concurrent Al Qaida en rendant le #ISIS beaucoup plus viral ou encore en mettant en ligne une application Androïd à présent interdite par Google.

Al Qaida s’appuie encore sur des outils plutôt anciens tels que les blogs, les sites alors que l’objectif est de recruter une cible jeune, davantage présente sur les réseaux sociaux.

On note aussi chez Al Qaida un contenu vidéo bien trop long et « intellectualisé » tel que des discours et des prêches « religieux » tandis que l’EI mise sur ce média pour faire le buzz par le biais de contenu très violent, une scénarisation digne de grands films d’action : une « direction artistique » bien ciblée pour les 18-25 ans.

Nouvelle stratégie, nouveaux enjeux

Cependant, avec le développement des services d’enquête et des ligues anti-terrorisme, l’EI se trouve à présent obligé de prendre des mesures pour conserver sa sécurité. Les selfies et vidéo géolocalisées sont à présent proscrites. Il s’agit de brouiller toute piste permettant de localiser les terroristes. Par conséquent, aucune information ne doit être divulguée au sujet de l’itinéraire emprunté par l’organisation, les frappes ennemies, la fabrication des armes ou encore les opérations en préparation.

A présent, la plupart des communications de l’EI passe donc par des médias et comptes internes officiels. Depuis 2014, le groupe possède un service de communication, dirigé par Rafiq Abu-Moussab (qui avait d’ailleurs accepté que Vice tourne un reportage sur l’EIIL en Syrie, reportage fortement remis en cause et critiqué aux Etats-Unis). Pour perpétuer la propagande et le recrutement, une revue est éditée (Dabiq) et des réseaux sociaux internes, chants et vidéos sont créés régulièrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s