A l’approche du premier anniversaire de sa publication (Actes Sud, septembre 2016), l’ouvrage Anagrammes pour lire dans les pensées, dont l’auteur est le tandem Enthoven & Perry-Salkow, offre un beau programme de lectures apéritives et estivales, sans tomber toujours dans le politiquement correct.

Autrement dit : comment lire en boucle, en diagonale, en long et en large, sans ordre préétabli, comme parfois un esprit contemplatif, et sans jamais se lasser, un florilège de belles et renversantes pensées brillantes ?

 

Bel objet-livre

Par son format et sa facture, en cent cinquante pages le livre invite spontanément à la lecture avec en première de couverture, le Petit Prince de Saint Exupéry posté sur une planète urbanisée, surplombant barres d’immeubles et murs tagués. D’emblée, l’enfant qui sommeille encore en nous et l’adulte blasé savent que le parcours sera hors-normes, hors les murs de l’essai standardisé, « dans les paysages buissonniers du langage et de la pensée. »

 

Art graphique

Les dessins de Chen Jiang Hong ponctuent, sur les tons rouges, noirs, blancs, des articles, dont l’expansion oscille entre deux lignes et une page, deux énoncés en gras encadrant la matière textuelle ou le blanc-crème du papier. Au détour de l’une ou l’autre feuille : on pêche la carpe Koi nageant entre les troncs d’arbres d’une forêt enneigée, on croise le regard profond du chat dans la maison de thé ; ici et là, ce sont des nuages d’encre ou des souffles rougeoyants qui impressionnent la rétine. Il y a à voir et à goûter dans ce petit livre enluminé, pour les esthètes et pas seulement.

 

Art combinatoire : de L’espérance à La présence et réciproquement

Si tout est délice dans cet ouvrage, c’est que « le monde est renversant, le sens est réversible » comme nous l’enseigne l’anagramme. De l’énoncé liminaire à l’énoncé final, sur le principe du « renversement de lettres » (du grec anagramma), sans tenir compte ni des accents ni de la ponctuation, s’opère un bouleversement contrôlé, générateur de surprise quand Un maître à penser devient Un ami à présenter, révélateur de vérités lorsque les voix De la démocratie se muent en Art de la comédie.

Deux amis et auteurs, l’un philosophe médiatique, l’autre artiste « anagrammiste, anagrammairien anagrammancien » se sont mesurés et incités à penser, écrire et étoffer les plus ou moins courtes proses, parfois poétiques, les notions savantes finement infusées qui composent l’ouvrage. S’y côtoient également Camus, Averroès et Lao-Tseu, Monsieur Tout-le-monde, Delacroix et Ravel, … comme dans un petit panthéon revisité de la culture générale.

 

Au sommaire : et ce n’est que le début !

Pragmatique : on revisite L’épreuve de philo du bac, avec L’allégorie de la caverne, Platon

Culturel : on apprécie un patrimoine mondial, dans un bouillon tonique ou paisible, de La cérémonie du thé à Paris est une fête

Sociopolitique : on traverse quelques systèmes en –isme et les terrains vagues du monde civilisé, d’Intouchable à L’avoir ou l’être

Historique : on frise L’Ancien Régime et la Révolution

Philosophique : on gravit quelques sommets de la pensée du Connais-toi toi-même

Religieux : on se lie et se délie, entre Le fanatisme et La messe de minuit

Mythique : on frémit devant Hadès

Scientifique : on plonge dans le connu ou l’inconnu des Ondes gravitationnelles

Artistique : on vibre, au milieu de ces petits opus, car « La nature imite l’art », au cœur d’un opéra mental

Question sans réponse : Oui et non, car mesurer la portée de certaines vérités cachées à travers la teneur des mots ou bien de l’être percer des mystères à l’aune des lettres est du domaine des possibles.

 

Comment gagner les grandes profondeurs en partant de la surface des mots ?

  • Anagrammes […]: plongée en eaux profondes garantie pour lecteurs, en apnée ou non.

 

Sans titre 2

  • […] pour lire dans les pensées : le plus beau programme qui soit pour donner soif de la fin et faim du commencement.

Pascale Harlez. ou anagramme oblige: Pascale Lezahr

2 commentaires sur « Marronniers ou moissons d’été ? Cueillez Anagrammes pour lire dans les pensées, chez Actes Sud, et la fine fleur des mots à la lettre près. »

  1. Perry-Slakow, en 2011, a co-écrit avec Etienne KLein « Anagrammes renversantes » (sous-titre « le sens caché du monde »). Succès de librairie !
    en 2016, il récidive avec Raphaël Enthoven dans « Anagrammes pour lire dans les pensées » Je vais courir chez mon libraire pour comparer les deux ouvrages, fruits d’un travail attentif de deux amoureux des mots et de la langue ou résultats d’un logiciel permettant de lister et choisir toutes les permutations possibles? On ne le saura peut-être jamais. le résultat est apparemment jouissif.
    Alors pourquoi se poser autant de questions?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s